jufachlo (jufachlo) wrote in entre_les_pages,
jufachlo
jufachlo
entre_les_pages

Carte de bibliothèque – Histoire de la magie : Les batailles célèbres.

Titre : Les batailles menées par les Blacks sont toujours sanglantes
Auteur : jufachlo
Personnages: Sirius, Regulus et leurs livres de contes
Disclaimer: Tout à elle …
Rating : PG
Défi:Carte de bibliothèque – Histoire de la magie : Les batailles célèbres.
Note: Merci a rebecca_vonbird qui a fait le beta et qui m'a trouver le petit truc pour débloquer ce texte qui végétait sur mon ordi depuis des lustres.



Debout sur son lit, un pied posé sur le panneau de bois sculpté, l'autre enfoncé dans son énorme édredon vert, Sirius brandit un sabre découpé dans un morceau de carton et colorié avec de la gouache magique. "La gouache magique du Mâle Adroit, colorie tout sauf les doigts."
Regulus assis sur le tapis épais, jambes regroupées entre ses bras, fait face à son frère et l'écoute bouche ouverte.

- Je suis "Manfred le sanglant" le pirate le plus abominaffreux que la mer aie jamais vu naviguer !

A ces mots, Sirius tente de se dresser tout entier sur le panneau de bois, y parvient environ deux secondes, torse bombé, menton dressé, mais perd vite son équilibre et retombe sur son lit, dans un grand pof. Il se relève, après quelques insultes adressées à l'édredon trop gonflant (dans tous les sens du terme), redresse son sabre qui n'a pas beaucoup apprécié la chute, et reprend, comme si de rien était.

- Je vogue sur les flots. Je bombarde les ennemis avec mes canons, Bang Bang, avant de passer à l'abordage de leurs bateaux et d'égorger les survivants avec mon sabre. Et quand je le fais, je crie "AAAAAAAAAaaaaayiiiiiiahhhhhh". Et toi, t'es mon moussaillon, Bolton le poltron, stupide et trouillard, mais tu navigues bien, alors je te garde.

Comme un pantin sortirait de sa boite, Regulus, dont les joues ont viré au rouge, se dresse sur le tapis :

- Mais ! Je veux pas être Bolton le poltron! Je veux être un pirate qui tue les gens ! ... Mais je veux pas les égorger. Ça gicle et c'est poisseux … et ça tâche. Comme quand Père a décapité l'elfe l'année dernière, beurk. Alors … je fais que le canon ! Mais plein de fois, bang bang bang et bang, jusqu'à ce que le bateau coule, et que les gens se noient tous en faisant des bulles. Et je les regarde en rigolant, avec un gros rire, comme oncle Alphard quand t'as dit le mot qu'il faut pas dire, à table, et que mère a recraché la soupe par le nez! Avec les grumeaux et tout…

- C'est vrai, il a un chouette rire, Oncle Alphard… Mais moi j'ai un petit trou dans ma fesse droite depuis cette histoire. Et de toute façon, peut y avoir qu'un seul grand pirate! Comme dans le livre …

Sirius désigne de la pointe de son sabre un petit livre déposé sur le tapis, près de Regulus. Sur la couverture, un pirate à l'œil bandé, perché sur la proue de son navire, brandit lui aussi un sabre. Manfred le sanglant ! A ses cotés, un petit homme bedonnant avec une jambe de bois affiche un sourire édenté. De tout évidence son fidèle, et néanmoins poltron, Bolton. "Le coffre du pirate et autres contes barbares".

- … Les autres pirates, je les ai tous trucidés ! Et, pour jouer comme il faut, on doit faire TOUT comme dans le livre … Alors si tu veux pas faire le moussaillon, t'as qu'à faire la princesse que j'ai enlevée pour obliger le roi à me donner son trésor !

Un rire qui se veut satanique vient résonner contre les murs de la chambre. Regulus, la mine boudeuse, reprend sa position sur le tapis, et répond d'une voix outrée :

- Mais je suis un garçon, je peux pas faire la fille !
- Ben pourtant tu passes ton temps à chouiner : comme Cissa ! Et t'aimes pas quand y'a de la boue du parc sur tes robes : comme Cissa ! Fille ! Fille ! Fille !
- Oh ben, toi tu fais que crier comme Bella, et tu me tapes si je fais pas ce que tu veux : comme Bella. Alors tu peux faire la fille-fille-fille, toi aussi !
- Bella, c'est pas une fille, c'est une folle !
- Ben alors toi aussi t'es une folle ! Folle ! Folle ! Folle !
- Nan, je suis pas une folle ! Et si tu répètes ça encore une fois, je te taille en morceaux avec mon sabre. Comme Manfred quand il découpe en tout petits bouts sanguinolents le quartier maître qui a mal nettoyé le pont.

Regulus bondit à nouveau, et à défaut de sabre, pointe un doigt rageur vers son frère.

- Mais ton sabre il est tout nul et tout tordu.
- Tout nul ? Répète un peu pour voir !
- TOUT NUL ET TOUT TORDU!
- Je vais te tuer !
- Ben essaye, tu me fais pas peur. T'es pas un vrai pirate, t'es qu'un frère !
- Ah, ouais ?
- Ouais !
- A l'abordage !
- Yiiiiiiihaaaaa !

Pif paf boum ratadam ping pof! C'est ainsi que s'engagea la bataille navale la plus farouche de la semaine

….

Debout sur son lit, un pied posé sur le panneau de bois sculpté, l'autre enfoncé dans son énorme édredon vert, Sirius brandit le chandelier habituellement posé sur sa table de chevet. Le sabre de carton n'a pas supporté l'abordage. Il git sur le sol, déchiré en tout petits morceaux, si semblable aux restes du défunt, mais néanmoins crasseux, quartier maître.
Regulus assis sur le tapis épais, jambes regroupées entre ses bras, fait face à son frère et l'écoute en se frottant l'œil gauche de la main.

- Ze fuis "Manfred le fanglant" le pirate le plus abominaffreux que la mer aie zamais vu naziguer ! Rah, z'arrife pas à parler afec mes dents en moins.
- Oui, mais si tu vas voir Mère tout de suite pour qu'elle te les fasse repousser, on sera punis, et on pourra plus jouer.
- Mmmh, ve fais.

Sirius lève le chandelier vers le plafond et reprend :
- Ze Fuis "Manfred le fanglant" !
- Oui, mais non !
- Ah, tu fas pas recommenfer.
- T'as dit qu'on devait tout faire comme dans le livre.
- Oui, TOUT ! Donc tu fais la fille.

Regulus se met à quatre pattes et glisse son bras sous le lit pour y attraper le livre qui s'y est réfugié pendant la bataille.

- Ahah ! Regarde là ! lance le petit garçon en désignant l'illustration de la couverture
- …
- C'est Bolton le poltron qui n'a plus de dents de devant : Comme toi ! Et c'est Manfred le sanglant, le pirate le plus abominaffreux de tous les océans qui à l'œil en bouillie : Comme moi ! Donne-moi le chandelier, Sirius.
- …
- Tout comme dans le livre !
- …
- TOUT !
- Et fi on jouait au Fhevalier ? Comme dans "Le Fhevalier noir et le tournoi des décafités".
- "Le chevalier noir et le tournoi des décapités". Articule !
- Ahaha, frés marrant. Bon, ve te laisserai faire "Clotaire le téméraire", et moi ve ferai "Mortimer le perfers"…
- Et pourquoi ce serait toi, Mortimer le pervers ? Je veux faire le pervers moi aussi !
- Non.
- SI.
- Non.
- Et je te dis que si. Toi t'es pas un vrai chevalier pervers, t'es juste un frère.
- Ah ouais ?
- Ouais !
- A l'assaut !
- Yiiiiiiihaaaaa !

Pif paf boum ratadam ping pof ! Et c'est ainsi que s'engagea "le duel chevaleresque le plus farouche de la semaine".

Et etc, et etc …
Tags: carte de bibliothèque, fanfic, regulus black, section: histoire: Les batailles célèbre, sirius black
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

  • 16 comments